C’est quoi le processus de fabrication du cuir véritable ?

C’est quoi le processus de fabrication du cuir véritable ?

Le cuir véritable est fabriqué depuis des peaux recyclées de l’industrie du bétail. La peau animale non correctement traitée, n’est d’aucune utilité. De ce fait, vous vous demandez certainement comment est obtenu un résultat aussi doux, souple et parfait pour vos articles, comme vos portefeuilles, vos bracelets de montre, etc. Alors, comment est fabriqué le cuir ? C’est le sujet de cet article.

Le cuir comme matière organique : le collagène

Malgré le fait que ce matériau soit fabriqué depuis avant l’aube de l’histoire écrite, les chimistes essaient toujours de comprendre exactement ce qui se passe à l’échelle moléculaire. 

Le cuir est principalement constitué de collagène, une protéine qui contribue à la structure de la peau. Le collagène est fait d’une longue chaîne de protéines qui est torsadée en hélice, enroulée avec d’autres brins formant une plus grande hélice regroupés en fibrilles. 

Dans le cadre de la fabrication du cuir, il faut d’abord stabiliser le collagène tout en retirant le reste de la peau, et ensuite commencer le tannage. Ce sont des processus longs et compliqués qui nécessitent un vrai savoir-faire. 

Le cuir a aussi quelques alternatives, de moindre qualité certes, mais qui ont le mérite d’exister. On peut citer le cuir PU, qui est un type de cuir synthétique fabriqué à partir du polyuréthane, un plastique dérivé du pétrole. Néanmoins, ce type de matière suscite toujours débat au près des protecteurs de l’environnement. Dans la perspective de l’écologie, Verza a fait le choix de proposer des accessoires à base de cuir véritable dans toute la boutique, vous y trouverez un catalogue de montres à bracelet en cuir véritable à des prix très concurrentiels, ainsi que d’autres accessoires fabriqués à partir de matériaux écoresponsables.

Le procédé de transformation du cuir

La procédure de transformation de la peau en cuir nécessite du temps et de la main d’œuvre adaptée afin d’arriver au résultat souhaité, et cela, en passant par une multitude d’étapes spécifiques, à savoir ; la conservation de la peau, le travail de rivière et enfin le tannage.

La conservation des peaux

En premier lieu, les peaux sont directement récupérées dans les sites d’abattage des animaux. Ensuite, on va procéder à leur assèchement en les conservant dans du sel, ce qui va permettre de décourager la croissance bactérienne. 

Lorsqu’elles sont prêtes à être utilisées, les peaux doivent être trempées dans l’eau pour éliminer le sel et le remplacer avec de l’humidité. Et, puis, il restera à stabiliser le collagène avant de  préparer la peau au tannage.

Le travail de rivière

Le pré-tannage. Avant de procéder au tannage, il faut préparer la peau et la rendre apte à recevoir les produits chimiques nécessaires.

D’abord, on enlève tout excès de poils, de graisse et autres saletés. Les peaux sont traitées à un pH alcalin, ce qui permet de se débarrasser du reste des poils. 

Ensuite, elles sont ramenées à un pH neutre et traitées avec des enzymes pour stabiliser le collagène et éliminer les autres composants de la peau, c’est ce qui assure la durabilité du cuir. 

Finalement, le pH est ramené en territoire acide et c’est là que le tannage rentre en jeu.

Le tannage minéral (au chrome), étapes et inconvénients

Avant le tannage minéral, les tanneurs avaient recours à une méthode très ancienne appelée le tannage végétal, que nous évoquerons plus bas. Il aurait fallu attendre la révolution industrielle pour que la méthode de tannage minérale soit développée. Et, aujourd’hui, le chrome est utilisé pour fabriquer 90% de tout le cuir.

C’est un procédé plus rapide que la méthode végétale, et ça sent meilleur. Il en résulte un cuir plus souple, plus flexible, plus confortable et meilleur pour les vêtements.

Le tannage au chrome est un processus assez long et précis qui passe les 3 étapes qui suivent.

Étape 1 : une peau bleutée

La peau est soumise à un premier processus de tannage qui va lui donner une teinte bleutée distincte. Les tanneurs de chrome les reçoivent ainsi, mais elles sont généralement coupées en deux.

Étape 2 : le tri des peaux de cuir et leur classement

Lorsque les tanneurs reçoivent les peaux, elles sont soumises à un processus de classement. Toutes les peaux ne sont pas égales, il y aura forcément des peaux défectueuses.

Étape 3: la séparation du cuir

Ensuite, les peaux sont passées dans un fendeur à lame pour couper le cuir à l’épaisseur souhaitée, selon le souhait du client. Certains projets nécessitent un cuir plus épais que d’autres. 

La partie supérieure du cuir, ou le grain, est mise dans une pile et la partie inférieure dans une autre. Une fois le processus de tannage terminé, la moitié inférieure, que l’on appelle “fente”, est souvent achetée par d’autres tanneries pour être transformée en daim.

Le finissage du cuir

Une fois le tannage fini, on n’obtient pas tout de suite une matière prête à l’utilisation. Il reste encore quelques étapes de finissage, dans lesquelles le cuir est teint et traité pour lui donner la bonne finition.

Parmi ces étapes, on peut citer le  fatliquoring, qui consiste à remplacer certaines des huiles et graisses naturelles qui ont été enlevées durant l’étape du tannage avec des huiles et graisses différentes, dans le but de  lubrifier le nouveau cuir.

Les inconvénients du tannage au chrome

Cependant, il y a un réel inconvénient au tannage au chrome. Déjà certains de ses composants sont suspectés de causer le cancer, mais également il produit des déchets qui polluent l’environnement.

C’est pourquoi les chimistes et les travailleurs du cuir expérimentent des moyens plus écologiques et plus efficaces qui pourraient substituer le chrome, ainsi que d’autres métaux comme le titane, qui ne fonctionne pas toujours aussi bien, mais qui es probablement plus sûr.

Le tannage végétal

Maintenant que nous connaissons le tannage au chrome, nous allons découvrir une  méthode plus ancienne de tannage du cuir, cette méthode utilise une classe de composés appelés polyphénols, il s’agit de dérivés de plantes. Que nous allons appeler le tannage végétal

Il y a une multitude de produits chimiques différents impliqués dans ce processus, relativement au type de plantes dont ils proviennent. Ces tanins végétaux peuvent provenir d’écorce, de feuilles ou de racines de différentes espèces d’arbres, plus fréquemment le chêne ou le mimosa.

Le choix du tanin se fait selon  l’animal d’où vient la peau, mais aussi des caractéristiques qu’on cherche à avoir dans le produit final, car cette méthode résulte à un cuir plutôt dur plus souvent utilisé dans les semelles de chaussures ou encore l’ameublement. 

Cependant, nous devons préciser que le tannage végétal n’est pas à l’origine du cuir végan, qui est une matière complètement différente du cuir véritable, très souvent fabriquée depuis des restes recyclés dans l’industrie des fruits. Et, qui a l’avantage de nous offrir un résultat 100% végan.

Comme nous avons pu le voir tout au long de cet article, pour obtenir un résultat optimal, le tannage du cuir doit faire recours à des produits chimiques dont l’utilisation pourrait à une certaine mesure polluer la planète. Les distributeurs doivent donc faire un compromis entre la qualité du cuir, le facteur économique et la pollution que peuvent engendrer les méthodes de transformation du cuir.

Toutefois, le choix ultime revient au consommateur, qui va prendre une décision selon ses convictions ; opter pour un cuir doux de grande qualité ? Pour un cuir de moindre qualité ? Ou alors pour un faux cuir. Et vous, quel est votre choix ?

Les bracelets en cuir sont un véritable classique au poignet dans l’horlogerie. Avec un peu de soin, vous pouvez prolonger considérablement la durée de vie de votre bracelet de montre qui en sa qualité de matériau naturel, il est très agréable à porter.